landscape/ le jour où j’ai traversé le Golden Gate

17 mars. Mon demi-anniversaire ! Je sais, à 34 ans, on ne fête plus son demi-anniversaire depuis longtemps, mais je ne peux pas m’empêcher d’y penser chaque année. Cette journée restera dans ma mémoire car c’est aussi le jour où j’ai vaincu mon vertige…

Voilà bientôt un an que je suis à San Francisco. Je me suis plus d’une fois promenée à proximité du Golden Gate Bridge, je l’ai observé depuis différents points de vue, j’étais même montée dessus l’été dernier (sur la première partie, qui ne se trouve pas au-dessus de l’eau à proprement dit), mais j’avais été paralysée par la peur, j’avais agrippé le bras de Matthieu et je l’avais supplié de faire demi-tour, tant mes jambes tremblaient.

Des peurs, j’en ai plus d’unes. Mais au fil des années, j’essaie d’avancer, d’évoluer, de les vaincre. Être enceinte faisait partie de ces peurs. Accoucher en fait à l’heure actuelle toujours partie également. Alors, mon raisonnement peut paraitre étrange, mais je me suis dit que si je pouvais traverser le Golden Gate, je serai capable d’accoucher. Je me suis convaincue que j’étais capable de surpasser ces angoisses et je savais que je me sentirais fière une fois le défi relevé. Je voulais aussi pouvoir dire plus tard à notre enfant, que lorsqu’il était encore dans mon ventre, il a traversé ce célèbre pont d’un bout à l’autre.

J’ai pris mon courage à deux mains, je ne me suis pas non plus trop approchée du bord, mais quelle satisfaction d’arriver à la moitié, puis de continuer fièrement et d’arriver finalement de l’autre coté. Les gens semblaient si sereins, si détendus (certains s’étaient même installés au sol dans un petit recoin de la barrière… que j’aimerais ne pas avoir le vertige pour en faire de même !), une véritable balade de détente pour certains, un passage difficile pour moi. Alors j’ai serré les dents, j’ai pris Matthieu par la main, j’ai avancé pas après pas, jusqu’à être au-dessus de l’eau, j’ai regardé au loin vers l’océan, vers Alcatraz, vers la ville et j’ai vaincu ma peur. Je vous avoue, le retour a été bien plus facile que l’aller, il m’a aussi paru plus rapide. Le pont mesure tout de même plus de 2 kilomètres, l’aller-retour en fait ainsi quasiment 5. Nous avions déjà marché plus de 5 kilomètres, alors entre la peur, la distance, les émotions, je vous avoue qu’une fois rentrée chez nous, je ne pouvais plus marcher !

Et qu’y a-t-il de l’autre coté allez-vous me demander ? Nous nous sommes arrêtés juste après la traversée du pont, pour profiter de la vue et nous remettre de nos émotions (enfin surtout moi !). Autrement, si vous continuez votre chemin, vous arriverez sur le village Sausalito, célèbre pour ses maisons sur l’eau. Je les avais d’ailleurs étudiées dans un mémoire de fin d’études sur l’habitat flottant. Nous irons découvrir cette partie de la ville une prochaine fois et nous y emmènerons notre petit baby ! Je vous partagerai la visite via un article si ça vous intéresse ?

J’espère que cette traversée vous a plu ! Je vous retrouve la semaine prochaine avec des petites nouveautés…

← Article précédent

Article suivant →

4 Commentaires

  1. Bravo pour avoir réussi à vaincre votre appréhension ! Mais avouez, ça en valait la peine, non ? On se rappelle de notre visite de Sausalito, est-ce toujours aussi charmant ?
    34 ans, un bel âge pour une femme, profitez-en
    Bonne journée

    • Merci beaucoup ! Oui, ça en valait la peine, quelle satisfaction de l’avoir fait :)
      Nous ne sommes pas allés jusqu’à Sausalito cette fois-ci (la journée se terminait et nous avions déjà beaucoup marche), ce sera pour une prochaine fois !
      A très vite

  2. Félicitations pour ta force de caractère, tu seras plus forte pour ton prochain challenge et au bout de ce « pont » là tu trouveras un grand bonheur !!!
    à la semaine prochaine pour découvrir les nouveautés …..

Répondre à Mary Annuler la réponse