le jour où j’ai découvert le Pacifique

Je pense que je me souviendrai toujours de cette journée. Un mercredi. J’étais partie pour un rendez-vous sur la deuxième avenue. Une fois ressortie, je jette un coup d’œil sur Maps et je me rends compte que je ne suis pas si loin du Pacifique. L’application me précise qu’il faut une heure pour y aller à pied. J’ai déjà marché une heure pour aller à mon rendez-vous… mais je me dis que je n’ai jamais été aussi près de lui. Alors je poursuis mon chemin.

Habituellement, les rues que je croise portent des noms (Sacramento, Post, Clay…) cette fois-ci, il n’y a que des numéros d’avenue, autant dire que cette particularité me challenge et me motive, j’enchaîne les blocs un à un. 24ème : je suis à la moitié. 30, 35, 40, 45, 47… j’aperçois quelque chose au loin, mais je ne suis pas sûre (merci la myopie). Tout d’un coup, c’est une évidence, je suis prise d’une sensation  indescriptible, je suis face à l’océan pour la première fois de ma vie. Je suis déjà allée dans les Landes, j’ai vu l’Atlantique, mais là, il se passe quelque chose de magique. Je pensais devoir prendre une rue perpendiculaire ou traverser un parc avant de découvrir cette vue, mais elle s’est offerte à moi, j’en ai eu le souffle coupé. J’ai finalement mis 40 minutes tellement j’étais pressée d’arriver.

Je découvre cette ancienne piscine, ces rochers, la puissance des vagues, un aspect très sauvage que l’on n’imagine pas forcement voir à San Francisco. Je lirai plus tard qu’il s’agit des Sutro Baths, ancien complexe de piscine ouvert au public à la fin des années 1800, qui était à l’époque le plus grand établissement de bains couverts au monde. Le bâtiment a brûlé en 1966 et a été laissé à l’abandon. Aujourd’hui, le site fait partie du Golden Gate National Recreation Area. Je me balade généralement au gré de mes envies, sans trop préparer ou me renseigner sur les lieux, de cette manière je ne suis jamais déçue et je suis toujours saisie par l’émotion de la découverte.

Je m’aventure sur un promontoire, je suis pétrifiée par le vertige, j’hésite à y aller, mais je ne peux me résoudre à faire demi-tour si près du but et de la récompense. J’aperçois au loin le Golden Gate Bridge, les silhouettes des collines, je suis époustouflée par le paysage qui se déroule devant moi.

Certains rêvent d’aller à San Francisco pour voir ou traverser le Golden Gate, observer les lions de mer ou encore admirer les maisons victoriennes. Personnellement, je ne voulais qu’une chose : voir le Pacifique. J’en ai presque pleuré tellement j’étais émue et heureuse.

J’ai longé la côte pour descendre vers la plage et admirer de mes yeux ce que je n’avais jusqu’à lors vu uniquement que virtuellement, la plage : Ocean Beach. Les surfeurs, les kite-surfeurs, les véliplanchistes. Tout ce sable, pour moi qui ai grandi sur les galets. Tout ce vent, qui propulsait les sportifs sur leurs planches. Je n’avais qu’une envie, enfiler une combinaison et les rejoindre. Glisser le long des vagues. Et admirer toutes ces petites façades colorées face à l’océan.

Un jour gravé à jamais dans ma mémoire.

← Article précédent

Article suivant →

4 Commentaires

  1. Juliette L

    oh la la c’est époustouflant !!!
    merci de partager ces photos magnifiques

    • Contente que tu aies apprécié la découverte.
      Avec grand plaisir pour le partage des photos !
      A bientôt, bisous.

  2. Pauline

    Ca donne vraiment envie de venir découvrir la Californie ! Merci pour tes jolies photos.
    Bisous

Laisser un commentaire