ré-apprivoiser le soleil

Le soleil et moi, c’est une longue histoire…

Petite j’étais souvent exposée, je passais mes journées à la plage, que ce soit pour faire du vélo, du skate, des châteaux de sable, observer mon père sur sa planche à voile, me baigner ou glisser sur les vagues. Vous l’aurez compris, je suis une fille du bord de mer.  A cette époque, il n’y avait pas tous ces t-shirts anti-UV, cette diabolisation du soleil, on profitait de la vie en plein air en toute insouciance.

A l’adolescence, j’ai passé des heures à me dorer la pilule au soleil, que ce soit pour réviser mes cours, faire des parties de beach volley ou boire des verres en terrasse. Etre bronzée, c’était si cool, je me sentais tellement plus jolie. Mais peu à peu les choses ont changé, encore ces histoires de peau… J’ai commencé à avoir des cloques et des démangeaisons lorsque je m’exposais, à bourgeonner dès que l’automne pointait son nez.

Finalement, j’ai associé le soleil au retour des boutons et au grain de peau désastreux. J’ai fui le soleil. Je ne voulais plus m’exposer. Des années durant, j’ai passé les étés à l’ombre, préférant l’autobronzant aux rayons UV. J’ai cruellement manqué de vitamine D, au point de devoir prendre des ampoules tous les 3 mois.

Les seules fois où j’ai « accepté » de me faire caresser le visage par les rayons du soleil, c’était lors de nos premières vacances en amoureux : d’abord les Cyclades, puis la Sicile et les Baléares (tous nos voyages sont dans la rubrique travel). J’avais envie d’en profiter pleinement, de visiter, de marcher des heures à travers les villes. La sanction était la même à chaque fois. J’avais beau protéger mon visage, l’automne était là pour me faire oublier la joie des vacances et ces quelques semaines de tranquillité au niveau du teint. Deux semaines de plaisir pour des mois de tracas. Les boutons ne font pas que s’installer, ils mettent des mois à cicatriser, à partir, à me laisser tranquille.

Aujourd’hui, j’ai décidé de lâcher prise. J’ai accepté à nouveau de m’exposer, de bronzer naturellement. Tout simplement je m’en fiche car je sais que cette année, il n’y aura pas d’automne. Le soleil sera au beau fixe toute l’année. La Californie me permet de me ressourcer, de me reconnecter avec la nature, avec les éléments. Je prends le temps. Je m’allonge dans l’herbe, sur le sable, je contemple les paysages, j’apprécie le vent sur mon visage, je profite de la nature tout simplement. Ce lâcher prise me fait un bien fou.

Bien entendu, je m’expose mais je me protège. Je ne reste pas des heures durant en plein soleil, j’évite certains horaires. Mais je ne me préoccupe plus du reste. Je profite simplement d’aller où je veux quand je le désire… et d’ailleurs je vous donne rendez-vous vendredi pour un petit look sur la plage !

← Article précédent

Article suivant →

2 Commentaires

  1. Avant le soleil était signe de bien-être, de vacances, maintenant le soleil est associé aux maladies de la peau…Vous avez raison, trouvons le juste milieu.
    On se sent tellement bien avec le teint un peu hâlé, mais pensons à nous protéger…

Laisser un commentaire